Reprise du tennis de table

La première fois que j’ai joué au tennis de table, je devais avoir 13 ou 14 ans, quelque chose comme ça. Je jouais dans le petit club d’Hastière et nous jouions précisément à Waulsort, dans une ancienne chapelle. La pièce principale contenant tout pile 2 tables, assez peu écartées entre-elles, et une seconde salle à l’arrière nous servait de bar pour l’après-match. Le sol était irrégulièrement pavé, l’éclairage un peu léger, et je ne me souviens pas qu’il y ai eu du chauffage en hiver, ou alors, le strict minimum.
J’y ai joué pendant quelques années, jusqu’à mes 17 ans. Comme tout débutant, il a fallu choisir une première raquette. N’y connaissant rien et ne sachant pas si j’allais persévérer dans ce sport, mes parents n’ont pas souhaiter y mettre des fortunes. Je me suis donc retrouvé avec une raquette basique acheté quelques centaine de franc belges (Et oui, c’était avant l’Euro) dans le rayon loisir d’un supermarché. Un bout de bois avec deux caoutchouc plutôt lisse et granuleux même. Bon, ça renvoyait les balles et ça ne prenait pas trop l’effet de mes adversaires. Enfin, le club étant plutôt petit, je devrais dire de mon adversaire, ça on arrivait toujours à me coller avec le doyen du club, un monsieur hors d’âge qui ne jouait plus qu’en coupe car c’est ce qui le faisait le moins souffrir ses articulations.

Au bout de 2 ans à m’entrainer et faire exceptionnellement un remplacement en match sans grand succès, j’ai enfin pu avoir une raquette digne de ce nom. Par surprise, mes parents m’ont ramené le bois dont je rêvais à l’époque, le Tibhar Patrick Chila. Il y avait aussi le Tibhar Chila Swing, en forme de violon, mais à l’époque, c’était un peu expérimental et coûtait un bras. Déjà là, remis dans le contexte, un bois léger en balsa, c’était plutôt à la pointe de la technologie, tout ce qui est carbone et matières composit n’existaient pas. J’étais tellement fier de ce bois.
Concernant les mousses, il me semble que j’avais un tibhar speedy spin en coup droit et en revers, je me souviens que c’était un antitop, mais plus aucune idée de la marque ou du modèle. Je crois qu’avoir mis un antitop en tant que débutant m’a plutôt desservi. Ah oui, car j’ai oublié de le dire plus haut, je suis gaucher. Et donc, qui dit gaucher dit utilisation plus fréquente du revers que du coup droit. Donc, avec mon antitop, j’ai développé un jeu de bloque, mais à aucun moment, je n’ai appris le top spin du revers, geste que j’ai énormément de mal à produire encore maintenant.
J’ai du changer de mousse un peu avant d’arrêter puisque j’ai toujours cette raquette avec un Stiga Cenno et un Yasaka Rally.

Après une longue pause, l’envie de reprendre m’a chatouillé en 2008. J’ai donc repris une licence dans le petit club de ma ville. Qui dit reprise dit nouvelle raquette. n’ayant pas vraiment suivi l’actualité du matériel, je m’étais tourné vers du classique épprouvé, un Tibhar IV-L et deux Yasaka Mark V GPS. La encore, pas beaucoup de souvenir d’avoir joué avec cette raquette, un différent avec certains membres du club m’a vite rebuté et je n’ai du rester que 3 mois maximum.

Et voilà où j’en suis, 2021, je reprend ma licence dans le même club, les personnes gênantes n’étant plus là, j’ai l’impression que ça se passe mieux.
Côté matériel, je suis allé dans un grand décathlon. A mon grand étonnement, le bois Tibhar Chila existe encore. J’ai tout de suite foncé dessus, avec deux Yasaka Mark-V épaisseur max.
Après avoir monté tout ça à la colle blanche, je dois dire que cette raquette me déplait totalement. Je la trouve trop légère et un manque total de puissance. Il faut dire qu’à l’époque de ma première raquette collée, on collait à la gomme et pas qu’une couche, ce qui apportait beaucoup de vitesse à la raquette.
Je m’étais également laissé tenter par un bois Pongori (la marque Décahlon donc), un Pongori 900 off et deux mousses Pongori 980 également en épaisseur max. Pour le coup, ça me convient mieux, le poids est correcte, mais toujours un manque de rebond.
Qu’à cela ne tienne, je commande un bois plus puissant et des mousses plus rapides, à savoir le Pongori 900 off + et les mousses Pongori 990 épaisseur Max. Bizarrement, je la trouve plus lente que la précédente.
Qu’à cela ne tienne, un pote me propose d’essayer deux Joola Rhyzm épaisseur max. Je les colle sur mon pongori 900 off +, et ça commence tout doucement à envoyer, mais qu’est-ce que c’est lourd. Je suis obligé de serrer la raquette plus fort pour bien la tenir et c’est vite fatiguant.

Actuellement, je joue donc avec la Pongori 900 off et ses deux mousses pongori 980, c’est celle qui me convient le mieux, même si j’ai toujours un petit manque de rebond.

J’ai donc commandé une nouvelle raquette, J’ai cette fois opté pour un bois carbone, censé apporter de la vitesse et deux mousses plutôt rapides également, j’espère les recevoir rapidement et tester tout ça. 

Laisser un commentaire